Lamy Expects A Several Month Delay Before Next WTO Ministerial Attempt

WTO Director-General Pascal has given his first substantive interview since deciding to can the idea of a Ministerial meeting before the end of the year.  It is to Le Monde.  In it he explains the reasons why progress has been achieve and he confesses that there will now be a several month delay before the next attempt at finalising modalities (“several months after Obama enters the White House”).  My view is that we will have to wait for the new USTR to be in the job and the new US WTO team to have been in place for several months before we can expect any progress.  Thiss suggests a June/July timing if we are lucky.  New Zealand’s Trade Minister Tim Groser has flown to Geneva for the weekend from Poland.  It will be interesting to get his take on the prospects for the negtotiation.  Here is the interview (OMC is French for WTO):

Vous avez renoncé, vendredi 12 décembre, à convoquer une réunion ministérielle au siège de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève, pour poser les bases d’un accord de libéralisation des échanges dans le cadre du cycle de Doha. Les Américains et les Indiens sont-ils responsables de ce nouvel échec ?

Je ne peux désigner de pays en particulier. Depuis juillet dernier, nous avions bâti des compromis solides dans les domaines industriel et agricole, mais trois dossiers – où il y avait de sérieuses divergences – demeuraient ouverts : le coton, pour lequel des évolutions étaient envisageables, mais surtout la clause de sauvegarde agricole qui doit permettre aux pays en développement de protéger leur agriculture contre des bouffées d’importation, et les négociations sectorielles dont les pays industrialisés attendent des réductions supplémentaires de droits de douane, par exemple sur les articles de sport ou l’électronique. Sur ces deux derniers points, les positions politiques sont devenues très rigides.

 

Ces positions étaient-elles tellement éloignées ?

La clause de sauvegarde agricole et les négociations sectorielles industrielles sont des affaires économiques de relativement moindre importance au regard des centaines de sujets qui ne soulèvent pas de problèmes. Mais chacune des parties s’est persuadée que, si elle cédait à la marge, elle serait perdante. A l’évidence, il y a une disproportion entre la réalité économique et l’enjeu politique. Et pendant ce temps-là, les pays en développement s’impatientent de ne pas profiter des avantages qui sont contenus dans un accord global presque achevé et toujours repoussé !

 

 

Quand reprendront les négociations ?

 

Quand la nouvelle administration américaine sera en place. Cela prendra plusieurs mois après l’entrée de Barack Obama à la Maison Blanche.

 

N’êtes-vous pas fatigué de ces vains efforts pour persuader 153 pays membres de réduire leurs obstacles au commerce ?

Ce n’est ni dans mon tempérament ni dans la conception que je me fais de mon métier dès lors qu’ils ont décidé par consensus que c’était nécessaire. Albert Camus a écrit qu’il fallait imaginer Sisyphe heureux…

Advertisements

Tags:

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: